3 façons de mettre fin au blocage du cunnilingus (quand on est la receveuse)

3 façons de mettre fin au blocage du cunnilingus (quand on est la receveuse)
3 façons de mettre fin au blocage du cunnilingus (quand on est la receveuse)
Parce que le sexe oral n'est pas toujours apprécié de toutes, voici comment anéantir l'appréhension du cunni en douceur.
A lire aussi

Oui, c'est possible. Si la majorité des femmes voit le cunnilingus comme un cadeau des dieux, certaines ont du mal à se laisser aller. Ou plutôt à laisser l'autre y aller. Par peurs diverses et variées, manque de confiance en soi ou inconfort paralysant face à la vulnérabilité que la position engendre. Elles ont parfois essayé longuement, puis préféré renoncer devant l'incompétence de leurs partenaires. Incompétence dont la faute est parfois partagée, certes- sans communication, il ou elle ne peut pas savoir ce qui vous fait du bien ou non - mais dont le résultat est le même : aucun plaisir à la clé. Et depuis, ça bloque.

Dès que les baisers descendent plus bas que le nombril, une alerte rouge se déclenche dans le cerveau. On freine l'ardeur pourtant très positive de la personne qui partage notre lit, et on la remonte vers notre visage en prétextant une envie irrésistible de l'embrasser. Ou de zapper les préliminaires. C'est parfois vrai - mais souvent faux. Alors parce qu'il serait dommage de passer à côté d'un acte aussi savoureux - du moins si son absence vous frustre -, on a dressé la liste de quelques conseils qui vous aideront probablement à vous décomplexer du sexe oral.

1- Identifier ce qui gêne

Derrière tout blocage se cache une raison qu'il faut cerner. Et quand il s'agit du cunnilingus, elles reste souvent concentrée sur l'aspect de la vulve. On l'entend d'ailleurs dans la bouche d'une élève de Sex Education : "Mes lèvres sont-elles d'une taille normale ?". Rassurez-vous, la réponse est toujours oui. Chacune est unique et croyez bien qu'en face, votre partenaire n'en est pas à son premier coup de langue sur un sexe différent du précédent. Le sien n'a sûrement rien de parfait non plus, et heureusement.

Après l'aspect, la vitalité de l'organe peut à son tour inquiéter. Comme le vagin est facétieux, il semble tout à fait normal d'avoir peur des bruits qui peuvent en sortir à tout moment - particulièrement quand on se détend les jambes écartées. Disons que c'est le lot d'un moment aussi intime : il y aura des bruits, des odeurs et si on a de la chance et qu'on réussit à faire fi de nos angoisses, un orgasme qui vaut clairement le coup de lâcher du lest.

2- En parler à son/sa partenaire

Quelle que soit ce qui vous empêche de prendre votre pied via sexe oral, il demeure nécessaire de l'évoquer avec votre partenaire. Il ou elle pourra potentiellement mettre des mots apaisants sur vos craintes, ou être à l'écoute si le problème vient de son manque de technique/délicatesse/dévotion pour votre personne.

Rappelez-vous qu'au lit, vous fonctionnez en duo. Ce n'est pas la course à celui qui jouira en premier - enfin normalement - mais plutôt un moment privilégié où l'intensité partagée prime. Pas besoin d'être dans une relation amoureuse pour profiter non plus, l'important reste de communiquer. Avec des mots, ou des gestes plus ou moins évocateurs.

3- Se mettre à l'aise

Éteignez les lumières si vous préférez, prenez une douche pour vous sentir plus fraîche, testez une position qui dans laquelle vous vous sentez bien (le 69 par exemple ?). Tentez de vous détendre, et de dédramatiser l'affaire. Après tout, le but reste de vous faire plaisir, au sens littéral du terme, alors agissez selon ce qui vous plaît, justement, et vous excite réellement.

Et si au dernier moment, vous préférez faire marche arrière, n'hésitez surtout pas. Il sera toujours temps de vous atteler à faire du cunnilingus votre passion plus tard. Et puis en attendant, vous pouvez toujours le ou la laisser opter pour une approche plus digitale. On peut faire des merveilles avec un doigté expert.