Les hommes à barbe, de véritables aimants à femmes ?

"La barbe ne fait pas l'homme", selon un vieux proverbe français. Et pourtant, visiblement, ça aide quand même un peu : la science vient de confirmer que les hommes à barbe attirent beaucoup plus les femmes que les autres.
A lire aussi
"Marchez comme une femme" : le petit guide à l'usage des hommes dans la rue
News essentielles
"Marchez comme une femme" : le petit guide à l'usage des...

Malheureusement pour ces messieurs rasés de près, le poil a la côte : ce sont désormais les hipsters aux barbes fournies qui plaisent aux femmes. Et ces messieurs l'ont d'ailleurs bien compris. Il suffit de faire trois pas dans la rue pour le constater : les barbes sont partout, sous toutes les formes et dans tous les styles. Elles sont même célébrées en grandes pompes sur le Tumblr Betterwithabeard ou sur le compte Instagram Bearbrand, tandis que les femmes ne jurent plus que sur les lumbersexuels, ces gentils barbus au look de bûcheron. Mais quelles sont les raisons de cette attirance du nouveau millénaire ? Petit décryptage d'un engouement capillaire aux multiples symboliques.

Femme cherche homme barbu pour relation sérieuse

Chez les animaux, les mâles attirent les femelles en fonction de caractères physiques précis, qui sont censés représenter leur fertilité et leur force : c'est ce qu'on appelle des caractères sexuels secondaires, qui nous poussent à choisir un partenaire en particulier plutôt qu'un autre. Les cerfs, par exemple, s'accouplent plus facilement avec une femelle s'ils ont des bois imposants, le paon expose son plumage en faisant la roue, tandis qu'un lion peut perdre une touche s'il n'a pas une crinière assez fournie. Et d'après les résultats d'une étude américaine publiée dans le Journal of Evolutionnary Biology, pour l'homme, c'est la barbe qui motive l'attirance de ces dames.

En effet, les scientifiques ont interrogé 8520 femmes hétérosexuelles, qui devaient regarder des représentations d'un visage d'homme : un outil graphique le faisait changer subtilement, en lui donnant une apparence plus masculine ou plus féminine, et en faisant varier la barbe. L'homme pouvait être glabre, avoir une barbe de trois jours, une barbe fournie mais courte, ou une barbe longue et très épaisse. Devant chaque visage, on demandait aux femmes testées de noter leur niveau d'attirance, et de préciser si elle aurait envie de choisir cet homme pour une aventure d'un soir ou pour une relation sérieuse.

Il se trouve que dans l'immense majorité des cas, les femmes ont choisi des hommes à barbe. Les barbes de trois jours ont été jugées les plus attirantes en général, mais simplement pour un soir : ce sont les vrais barbus qui ont eu le plus de points pour les relations sérieuses. Et le critère semble très bien ancré, car même lorsque les scientifiques ont féminisé les visages des hommes en question, ils ont continué d'avoir la préférence des femmes. "Nos résultats suggèrent qu'être doté d'une barbe peut être attirant dans le cadre d'une relation à long terme car c'est un signe de domination intrasexuelle", explique Barnaby Dixson, l'un des chercheurs, au site Inverse. En clair, En clair, la gente féminine a l'impression que les barbus sont des hommes aux bonnes capacités reproductives !

Un réflexe "reproducteur"

Les chercheurs ont donc cherché à déterminer ce que la barbe évoquait inconsciemment aux femmes pour qu'elle la considère comme un atout pour une relation sérieuse. Et selon eux, une barbe fournie, par la forte présence d'hormones masculines qu'elle suggère, serait bien évidemment un signe de virilité. Mais elle symbolise également la sécurité : la pilosité faciale confère à l'homme une force rassurante, lui donne une image de protecteur responsable et mature, de figure paternelle bienveillante et apaisante. La barbe réveille nos désirs les plus ancestraux, l'attirance pour la figure de l'homme naturel (le bûcheron, le fermier, le chasseur), aguerri et sage, qui protège son foyer et le fait vivre.

Et si les goûts changent, c'est parce que les époques évoluent aussi : alors que nos mères avaient un faible pour les hommes propres et rasés de près, qu'elles associaient à l'ascension sociale et à la sécurité financière, les femmes des années 2.0 en pincent plutôt pour les hommes à la pilosité débridée. A l'ère des relations virtuelles et du règne de l'artificiel, on peut interpréter ça comme un besoin inconscient de se retrouver face à quelque chose de naturel, de non-transformé. Nos hommes à barbe, dans cette exaltation ouverte de leur virilité et de leur côté "brut", ont quelque chose de plus sauvage qui nous sauvent de la gueule de bois digitale qui nous menace, à force de se gaver de numérique. Alors jetez tous vos rasoirs, et laissez le naturel revenir au galop !