Vin rouge : la prévention de la perte d'audition et ses mille autres vertus

Vin rouge : la prévention de la perte d'audition et ses mille autres vertus
Vin rouge : la prévention de la perte d'audition et ses mille autres vertus
Propriétés anticancéreuses, protection contre les maladies cardiovasculaires, l'obésité et le diabète, diminution des troubles de la mémoire, allongement de l'espérance de vie : depuis plusieurs années, les chercheurs du monde entier démontrent les bienfaits du vin, quand il est, bien sûr, consommé avec modération. Dernière découverte en date : il préviendrait la perte d'audition.
A lire aussi
"Le pire, c'est les autres" : la youtubeuse Léa se confie sur son avortement
News essentielles
"Le pire, c'est les autres" : la youtubeuse Léa se confie...


Alors que la perte d’audition touche la moitié des plus de 60 ans, une consommation modérée de vin pourrait-elle être la solution à ce mal ? Oui, répondent les chercheurs américains de l'Hôpital Henry Ford à Detroit, qui ont démontré les effets du resvératrol, un antioxydant présent dans le raisin, sur la perte d’audition, dans une étude publiée dans la revue Otolaryngology-Head and Neck Surgery. Pour le Dr Michael Seidman qui a dirigé l’étude : « Le resvératrol est une substance chimique très puissante qui semble protéger contre le processus inflammatoire de l'organisme en ce qui concerne le vieillissement, les fonctions cognitives et la perte auditive. Nous avons démontré qu’en donnant du resvératrol à des animaux, nous pouvons réduire la perte d'audition et le déclin cognitif ».

Diminution de 40% des risques d’accident cardiovasculaires

Et ils ne sont pas les premiers à démontrer les bienfaits de cette substance présente dans le vin : l’Université de Maastricht aux Pays-Bas avance pour sa part que celle-ci aurait des effets bénéfiques pour la protection contre l’obésité et le diabète. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) affirme, de son côté, que le resvératrol réduirait, à lui seul, de 40% les risques d’accidents cardiovasculaires. Et ce n’est pas tout, le vin aurait aussi des propriétés anticancéreuses. Selon un rapport publié dans Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention, chaque verre consommé par mois réduirait le risque de cancer du poumon de 2%. Enfin, le précieux nectar aurait aussi la faculté de diminuer les effets indésirables des radiothérapies chez les femmes touchées par un cancer du sein, selon une étude italienne. Par ailleurs, il est aussi souvent mis en avant dans la prévention de la maladie d'Alzheimer… La conclusion revenant ainsi à une enquête hollandaise de 2007, qui affirme que la consommation modérée de vin augmente l’espérance de vie : 3,8 ans de plus en moyenne pour un verre par jour.

D’autres études, en revanche, ne vont pas dans ce sens. L’Université de Harvard montre, par exemple, que la consommation modérée d’alcool augmente de 15 % le risque de cancer du sein chez la femme sur une base de trois à six verres par semaine…

VOIR AUSSI

Le vin rouge permet-il de lutter contre le cancer du sein ?
Wine by One : "Rendre le vin accessible à tous"
Excès de sulfites : un million de buveurs de vin français concernés
Alcool : les Français boivent moins de vin