Nicolas Sarkozy a un "problème" et c'est Carla Bruni, selon Patrick Buisson

Nicolas Sarkozy a un "problème" et c'est Carla Bruni, selon Patrick Buisson
Nicolas Sarkozy a un "problème" et c'est Carla Bruni, selon Patrick Buisson
Dans cette photo : Nicolas Sarkozy
Carla Bruni-Sarkozy serait le principal « problème » de Nicolas Sarkozy. La sortie est signée Patrick Buisson, l'ancien très droitier conseiller de l'ex-chef de l'Etat. L'homme, condamné pour avoir enregistrer le couple à son insu, s'est lâché, jeudi 25 septembre, dans les colonnes de l'hebdomadaire Le Point.
A lire aussi


Quel est le principal obstacle d'une candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2017 ? Les affaires ? Une primaire ouverte ? Le bilan de son quinquennat ? Non, le « problème » de l'ancien président de la République résiderait dans… sa femme, selon Patrick Buisson. L'ancienne éminence grise de la Sarkozie s'est lâché dans les colonnes de l'hebdomadaire Le Point, jeudi 25 septembre.

« Aujourd'hui, son problème, c'est Carla »


« Aujourd'hui, son problème, c'est Carla (Bruni-Sarkozy) : elle l'éloigne trop du peuple et le pousse à l'hédonisme », a asséné l'ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy. Et de poursuivre : « Après lui avoir offert une montre Patek Philippe à 40 000 euros, voilà qu'elle l'emmène voir la pièce de théâtre de Bernard-Henri Lévy début septembre ! ».

Trop pour l'ancien responsable de la rédaction de l'hebdomadaire d'extrême-droite Minute nostalgique des années Nicolas-Cécilia. « Avant la présidentielle de 2007 [Nicolas Sarkozy] formait un couple politique avec Cécilia. Tout était tendu vers un seul but : la conquête du pouvoir », explique-t-il.

L'ex-très droitier conseiller du candidat à la présidence de l'UMP est pour le moins amer vis-à-vis du couple Bruni-Sarkozy. En effet, il avait été condamné, en juillet dernier, à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy pour les avoir enregistrés à leur insu. Des enregistrements publiés en mars dernier par Atlantico. « Jusqu'au bout, l'ancien conseiller de l'ombre a espéré que l'ancien chef de l'Etat et sa femme le dispenserait de sa dette. Mais un huissier de justice a finalement rendu la sanction exécutoire, le forçant à signer le chèque », indique Le Nouvel Obs.

Joue-la comme Montebourg


Patrick Buisson n'a pas l'apanage du torpillage en règle de compagne ou de compagnon. Sa sortie rappelle celle d'Arnaud Montebourg en 2007. Alors porte-parole d'une Ségolène Royal candidate PS à la présidentielle, l'ancien ministre de l'Economie avait déclaré sur le plateau du Grand Journal que le « seul défaut [de Ségolène Royal était] son compagnon », un certain François Hollande à l'époque...