10 super cadeaux féministes à (s')offrir pour un Noël révolutionnaire

"Who Is She?", le jeu féministe signé Playeress.com
"Who Is She?", le jeu féministe signé Playeress.com
Tote bags qui déchirent et bédé qui sort des cases, livre pop en forme de manifeste incendiaire et fringues girl power qui en jettent... Cette année, notre Noël sera éthique, inspirant, féministe, solidaire. Voici dix super cadeaux pour s'en assurer.
A lire aussi

Même à l'heure où la culture souffre (gravement) des conséquences de la crise sanitaire, il est toujours possible d'offrir des créations aussi conscientes que stylées à ses proches des fêtes. Créations textiles et littéraires, graphiques et ludiques, propices à enchanter adultes éveillé·e·s et futures terreurs féministes... Il y en a pour tous les goûts. Vous le devinez, ce sont nos dix cadeaux intensément girl power de l'année. Suivez le guide.

Un bouquin : La Poudre

"La poudre", le recueil essentiel des entretiens du podcast féministe de Lauren Bastide.
"La poudre", le recueil essentiel des entretiens du podcast féministe de Lauren Bastide.

Vous connaissez certainement le podcast aussi apaisé qu'incendiaire de Lauren Bastide. Cela fait déjà trois ans que La Poudre fait parler au sein du paysage audio francophone avec ses entretiens étendus où mille et un sujets ne forment plus qu'un : identité de genre et stéréotypes sexistes, violences sexuelles et émancipation féministe.

Le tout à travers les paroles enflammées de Virginie Despentes et Alice Coffin, Margaret Atwood et Anne Hidalgo, Mona Chollet et Leila Slimani, Assa Traoré et Ovidie. Un casting plein d'éloquence(s). Eh bien, en cette fin d'année, après avoir délivré un politique et pluriel manifeste (Présentes), la co-créatrice des studios Nouvelles écoutes nous offre un premier recueil de ces échanges au long cours. Un opus de taille (forcément) d'une salutaire polyphonie, classieux et idéal pour initier les oreilles néophytes.

La Poudre, par Lauren Bastide
Editions Marabout, 500 p.

Un album : Paradis

"Paradis", l'album mélancolique et bouleversant du chanteur Ben Mazué.
"Paradis", l'album mélancolique et bouleversant du chanteur Ben Mazué.

Peut-être suivez-vous le jeune Ben Mazué depuis ses débuts, ou bien au gré de ses featurings très remarqués (avec Louane et Pomme notamment). Dans tous les cas, vous feriez mieux de vous préparer au déluge émotionnel que représente Paradis, son album le plus abouti - et celui de la consécration, espérons-le. Le chanteur y parle de crise de la quarantaine et de parentalité, de nostalgie lasse et d'urgence du moment, captant toutes les complexités de sa génération (désenchantée) en un doux mélange d'espoirs qui s'écrivent et de spleen qui se consume.

En un mot ? C'est rythmé, entêtant, drôle et beau. On s'éprend de la chanson des divorcés Semaine A/Semaine B et l'on esquisse un sourire complice à l'écoute du bilan existentiel Pas très original, irrésistible de lucidité crue. En écoutant Paradis, on aime Ben Mazué pour son goût des collaborations éclatantes (avec Poupie et Anaide Rozam) mais aussi son humour, son empathie, sa fausse légèreté qui peut vous essorer le coeur l'espace d'une ligne.

Allez, on le réécoute encore, et on l'offre.

Une bédé : Peau d'homme

"Peau d'homme", la relecture acclamée du conte par Hubert & Zanzim.
"Peau d'homme", la relecture acclamée du conte par Hubert & Zanzim.

Contexte des fêtes oblige, vous n'avez pas pu échapper à une énième (et nécessaire) nouvelle séance du Peau d'âne de Jacques Demy, son côté pop acidulé, ses couleurs éclatantes, sa Catherine Deneuve féerique. Raison de plus pour se jeter sur Peau d'homme, l'un des albums les plus remarqués de cette fin d'année. Lauréate des Prix France Inter et Fnac, la bédé du duo Hubert & Zanzim frappe déjà par la singularité de son synopsis.

Eh oui, imaginez donc : dans un decorum de conte de fées revisité, la demoiselle Bianca, fin prête à se marier, va vivre de curieuses expériences en découvrant un drôle d'héritage... une "peau d'homme". Plus pratique que la peau d'âne de l'histoire de Charles Perraut, elle offre aux femmes qui s'en vêtissent tous les privilèges du sexe masculin. Ou quand l'imaginaire folklorique épouse la dérision acide des nouvelles révolutions féministes.

Récit d'identité(s) donc, mais aussi de sensualité et de sexualité, Peau d'homme détonne.

Peau d'homme, par Hubert & Zanzim
Editions Glénat, 160 p.

Une box : celle des "Glorieuses"

Mug, stickers, cahier... La superbe Box des Glorieuses.
Mug, stickers, cahier... La superbe Box des Glorieuses.

Les Glorieuses, c'est une newsletter - même plusieurs, n'oubliez pas Les Petites Glo - mais pas seulement. Sur son site officiel, l'initiative de l'économiste et activiste Rebecca Amsellem propose également bien des moyens de stimuler sa fibre militante. Par exemple ? Eh bien la Box de Noël (à dégoter ici), généreuse en cadeaux. Pour trente-cinq euros seulement, vous y trouverez un mug et un cahier, mais aussi un livre et des stickers.

Entre lecture aiguisée (les Chroniques d'une féministe, de Rebecca Amsellem) et autocollants "pour annoncer la couleur", mais aussi slogan réjouissant noircissant le mug (une citation en l'honneur du mouvement #NoBra, ou contre la dictature du soutif), cette box pop à souhait porte en elle quelque chose d'infiniment sororal.

Des fringues stylées : la garde-robe de Sisterhood

Sisterhood, pour sororité bien sûr. C'est là le maître-mot de cette marque solidaire et féministe, qui reverse 10 % de ses ventes à l'association Putain de guerrières, laquelle apporte depuis trois ans déjà soutien et écoute aux femmes et hommes victimes de violences conjugales. Mais quelles ventes au juste ? Eh bien, celles de ses créations textiles aussi fines - sur la forme - que percutantes - sur le fond. On y court pour enrichir sa garde-robe.

En sweats et hoodies par exemple, fringues très "confort" griffées d'illustrations épurées - des dessins de femmes en bande comme un jour de manif. Du style, oui, mais du style engagé, donnant volontiers le la à un violet victorieux - la couleur internationale des luttes pour l'égalité des sexes. C'est ici que ça se passe.

Un jeu de plateau : Who is she ?

"Who is she ?", le "Qui est-ce" féministe et révolutionnaire.
"Who is she ?", le "Qui est-ce" féministe et révolutionnaire.

Séquence nostalgie : vous souvenez-vous du Qui est-ce ? Mais si, ce jeu à clapets consistant à retrouver un personnage en éliminant ceux qui ne correspondent pas à ses caractéristiques physiques. Eh bien désormais, l'équivalent féminin - et surtout féministe - de ce best seller du jeu de plateau existe. Il s'intitule Who is she (Qui-est elle ?) et met en vedette non pas quelques silhouettes anonymes mais des femmes inspirantes et puissantes.

Qui donc ? Eh bien, des sportives, cosmonautes, scientifiques, chanteuses et activistes qui ont fait l'histoire, pour ne citer que cela. La particularité ? Vous n'avez pas droit aux précisions physiques pour faire deviner ces noms de prestige. Une mise à jour débordante de malice et de pertinence. Par-delà la version papier du jeu, un luxueux plateau en bois saura satisfaire les amoureux et amoureuses du ludisme classe. A acheter ici.

Des tote bags : ceux de "Mauvaise compagnie"

On aime Mauvaise Compagnie, la boutique solidaire d'Anaïs Bourdet (l'instigatrice du compte Paye ta schneck) pour ses goodies truculents qui pètent dans l'appart, dans la rue, dans le métro - bref, partout. Pas seulement ses pins et mugs, mais aussi ses tote bags, qui vous assureront une street cred' "Terreur féministe" à faire gémir le lectorat de Valeurs Actuelles. L'idéal pour trimballer les classiques "radicaux" de la maison d'édition Des femmes.

Parmi ces sacs, l'indispensable "Ultra Féministe Islamo Gauchiste Bien Pensant", caractéristique de l'autodérision acide du shop. Suggérons aussi le lot accessible de stickers qui claquent (Sorcière vegan, Dictature clitoridienne) ou encore le minimaliste et tendance "Hystérique radicale". Rappelons enfin qu'à chaque produit acheté, une association féministe (comme Kâlî, Harcèlement de rue, Le Planning Familial) reçoit un don.

Alors n'hésitez plus et foncez juste là.

Un cadeau kidz : la Box de la "Librairie des femmes"

"La guerre des jupes", l'album compris dans la Box Kids de la Librairie des femmes.
"La guerre des jupes", l'album compris dans la Box Kids de la Librairie des femmes.

Si les adultes ont leur "box" - grâce aux Glorieuses - alors pourquoi pas les enfants ? C'est désormais chose faite avec la Librairie des Femmes, qui en plus des ouvrages proposés sur le site (ceux de Gloria Steinem, Mona Chollet, Rupi Kaur) déploie une salutaire Box Junior destinée aux 4-7 ans. Mais qu'y trouve-t-on au juste ?

Trois excellents albums pour enfants "rebelles" qui déboulonnent les stéréotypes de genre et les codes archaïques du conte : Pourquoi les princesses devraient-elles toujours être tirées à 4 épingles ?, La guerre des jupes mais aussi Pas de gâchis !, d'Agnès Rosensthiel, l'une des grandes papesses de la littérature de jeunesse (Mimi Cracra, c'est elle), notamment mise à l'honneur par la maison d'édition La ville brûle.

On adore.

Un jeu de cartes : Bad Bitches Only

"Bad Bitches Only", le jeu de cartes le plus girl power de vos fêtes.
"Bad Bitches Only", le jeu de cartes le plus girl power de vos fêtes.

On ne sait plus où donner de la tête du côté de Gender Games. Une boutique engagée où l'on propose des tote bags, des carnets, des stickers... Mais aussi, des jeux, plein. Comme Bad Bitches Only, à dégoter ici pour seulement dix-neuf euros. Derrière cet intitulé aux sonorités très rap US, l'un des rares jeux de cartes féministes.

Plus précisément, on y célèbre les femmes et les minorités de genre qui ont marqué l'histoire en les faisant deviner à ses copains et copines. A raison d'une variété de cartes excédant les deux cent noms, autant vous dire qu'il y a largement de quoi apprendre tout en s'amusant. Quelques cartes vierges permettent même d'enrichir cette palette de vos propres role models ! De quoi éduquer un brin le tonton réac en fin de repas.

Des dessins à encadrer : ceux de Maud Dabs

"Les émotions et pensées détendent, cambrent, plient, étirent le corps. A travers la capture des postures et mouvements, c'est l'esprit du sujet que l'artiste espère au fond capturer". Cette présentation poétique de l'artiste Maud Dabs - sur son site officiel - vous suggère déjà la thématique tenace des oeuvres de la dessinatrice et peintre : le corps. Le corps, et tout ce qu'il implique de sens et de sensualités, de plis façon origami et de courbes qui sont comme des phylactères où se disent les mots.

Formée au modèle vivant, Maud Dabs a fait du corps "le délateur silencieux des états d'âmes", nous dit-on. Et on vous laissera méditer cette formule en arpentant les séduisantes créations qui ponctuent son shop : des profils et lignes sensuels et sinueux, des doigts qui tendent une cigarette encore fumante, des poitrines dénudées, le tout griffé avec un noir et blanc des plus distingués... Autant d'esquisses élégantes à encadrer chez soi - ou ailleurs.

Plus d'actu sur : Noël 2020 : idées de cadeaux, recettes, conseils psy...

Noël vegan : 3 recettes sans viande testées et approuvées pour Noël
Noël solidaire : 7 initiatives pour aider les plus précaires
Noël : le guide anti-sexisme parfait pour les fêtes