MeVsMe : le challenge qui lutte contre la pression d'être "toujours belle"

MeVsMe : le challenge qui magnifie les femmes au naturel
MeVsMe : le challenge qui magnifie les femmes au naturel
Elles ont décidé de mettre des photos d'elles apprêtées et dans des situations "désavantageuses" pour lutter contre le diktat d'être "toujours belle".
A lire aussi

A chaque semaine, son challenge sur réseaux sociaux. Si l'objet est parfois ridicule et discutable, récemment, on repère de plus en plus de phénomènes qui ont attrait à un combat bien précis : celui d'accepter et de célébrer son corps tel qu'il est. C'était le cas de celles qui posaient sur Instagram avec leur culotte préférée - sous l'appellation Bare Cheeky, ou "nue culottée" - pour mettre en avant la diversité des silhouettes loin des filtres flatteurs. Ou encore de #CelluLit, le slogan des utilisatrices qui souhaitaient rendre hommage aux endroits bosselés de leurs fesses et de leurs cuisses, n'en déplaise aux standards de beauté.

Cette fois-ci, le défi body positive est parti de Twitter. Du compte d'une jeune femme, Celiaa, qui se déclare "féministe" dans sa bio, et qui lance un appel à ses abonnées sous le hashtag #MeVsMe : celui de s'afficher sur deux clichés, l'un dans une situation catégorisée comme désavantageuse, l'autre sur lequel elles sont apprêtées. Le but ? Lutter contre l'idée selon laquelle une femme se devrait d'être "toujours belle", souriante et présentable. Et les réponses ne se sont pas fait attendre.

Son message a rapidement fait le tour de la Toile, avec plus de 12 000 retweets et le hashtag s'est même classé dans le top 3 des trending topics de ce dimanche 1er septembre, selon 20 Minutes, soit l'un des sujets les plus partagés et abordés sur le réseau.

Le défi #MeVsMe est rapidement devenu viral.
Le défi #MeVsMe est rapidement devenu viral.

"En sweat et sans maquillage, ou maquillée et bien habillée, on est belles"

Si certains posts tombent dans la caricature (plutôt que de poser naturellement, sans maquillage, des internautes se griment et s'inventent même des double mentons), d'autres misent davantage sur l'exposition de complexes, que les internautes souhaitent réussir à accepter davantage. Une participante rappelle également pourquoi il est nécessaire de se dresser contre ces injonctions. "Ce [hashtag] est super important pour rappeler que oui c'est normal de ressembler à RIEN parfois et qu'on est pas obligés d'être toujours au top, c'est parce que vous êtes vous que vous êtes beaux", commente-t-elle.

Le défi #MeVsMe.
Le défi #MeVsMe.
Au naturel vs maquillée.
Au naturel vs maquillée.

Il y a aussi celles qui estiment que quel que soit le contexte, maquillée ou non, fatiguée ou non, elles se trouvent toujours belles - impliquant ainsi que le terme ne devrait pas être défini par ce que l'industrie de la mode en a fait. "Belle" ne correspond pas uniquement à un idéal de physique tiré à quatre épingles, la bouche en coeur et la peau lisse. Et ces jeunes femmes le prouvent.

Et puis finalement, celles qui décident de prendre le défi avec humour, protestant qu'elles ne peuvent pas s'y prêter car pour poster une photo "MeVsMe", il faut déjà qu'on se trouve attirante à un moment donné.

Certaines le prennent avec humour.
Certaines le prennent avec humour.

"La plupart du temps : je suis dans un sale état. Le reste du temps : je suis dans un sale état mais avec du maquillage."