Et si on testait la magie sexuelle, cette force puissante qui allie plaisir et esprit ?

La magie sexuelle : c'est quoi et comment ça marche ?
La magie sexuelle : c'est quoi et comment ça marche ?
Le pouvoir de la magie se cache partout, et à en croire les expertes du domaine, puiserait même sa force dans nos orgasmes. On appelle ça "sex magic" en anglais, ou la magie sexuelle. On vous explique tout sur cette notion mystique et les façons de la pratiquer.
A lire aussi

Au lit, quand on parle de magie, c'est souvent pour faire allusion à une alchimie irréelle entre deux personnes. Une sorte d'entente parfaite qui fait des étincelles, dans le bon sens du terme. Vocalises incontrôlables, septième ciel, tête qui tourne de plaisir : un bilan qui donne envie, qu'on se le dise.

L'expression "magie sexuelle", elle, signifie tout autre chose. Plutôt que d'indiquer à quel point notre partenaire nous fait grimper aux rideaux (et inversement), cette pratique intrigante pour les non-initié·e·s désigne un rituel bien singulier. Une façon de se nourrir de nos orgasmes et de nos rapports en général pour voir se réaliser nos voeux - ou en l'occurrence, nos sorts - les plus chers. Et qui ne date pas d'hier.

"Il existe des traditions ancestrales selon lesquelles les femmes plaçaient leurs vulves sur de la pâte levée, puis la cuisaient pour l'offrir à un amant en guise de sort d'amour. Il y a même des histoires de femmes qui exhibaient leur vulve sur des cultures en difficulté pour les aider à pousser", énumère l'activiste sexuelle Isabella Frappier à Women's Health. Le "féminin puissant" dans toute sa splendeur, le bonus viennoiserie en plus. Alléchant.

Forcément, on a voulu creuser, et tout savoir de cet art mystique propre au néo-paganisme (mais aussi aux adeptes du tantra), que nombreux·ses souhaitent aujourd'hui expérimenter.

Le principe de la magie sexuelle

La magie sexuelle, une force puissante qui allie corps et esprit
La magie sexuelle, une force puissante qui allie corps et esprit

La magie sexuelle fait appel aux énergies qui parcourent nos corps et nos esprits pendant l'acte, et les lie pour le meilleur. D'abord, et surtout, ça démarre avec un but précis de réalisation personnelle, ou de qualité qu'on aimerait voir grandir en soi.

"La première étape est d'avoir un objectif clair et une intention de ce que vous voulez", explique à Vice US Bri Luna, créatrice du blog The Hood Witch. "Je trouve que la magie sexuelle fonctionne mieux lorsque notre intention concerne le sexe, l'amour, la confiance, le pouvoir, la force."

Comprendre qu'il n'est pas question de dire : "J'ai besoin d'une nouvelle voiture, je vais me masturber", lance à son tour la prêtresse wiccan new-yorkaise Cat Cabral au magazine américain. "Ce serait vraiment idiot". Mais plutôt de visualiser et donc de "manifester" (sous forme de pensée magique) plus d'argent dans sa vie, un lien plus profond avec une autre personne, ou toute sorte de guérison personnelle que l'on désire. Un champ des possibles infini, si on y réfléchit.

En gros, poursuit Bri Luna, "il s'agit d'exploiter l'énergie sexuelle pour obtenir des résultats très concrets". Et la prêtresse d'ajouter : "Vous utilisez les orgasmes ou le sexe comme un outil pour atteindre cette intention particulière". Une sorte de coït en pleine conscience (celle de notre volonté), si on veut. A ce sujet, Isabella Frappier insiste de son côté : l'orgasme n'est pas essentiel au rituel. On peut très bien s'y atteler sans jouir, et laisser tomber la pression. Le tout - on le répète - c'est l'intention. On commence à saisir.

Petite question avant de se lancer : doit-on forcément communiquer notre dessein à l'être aimé·e ? Oui ou non, mais pas d'entre deux, estime Bri Luna. "Soit il·elle sait ce que vous faites, soit pas du tout. Parce que toute personne qui sait et qui n'est pas vraiment intéressée peut foutre en l'air tout le flux d'énergie", prévient-elle franchement. "Donc, soit vous gardez le secret, soit vous mettez votre partenaire au courant afin qu'il·elle se concentre sur cette énergie aussi, qui deviendra d'autant plus puissante si vous jouissez ensemble." Bon à savoir.

Reste maintenant à pratiquer selon un mode d'emploi rigoureux.

Concrètement, comment on fait ?

Pour mieux se mettre en condition, certaines expertes recommandent de créer tout un environnement inspirant. D'abord, en purifiant son énergie grâce à quelques respirations profondes "tout en imaginant la lumière de l'arc-en-ciel qui descend du cosmos, qui remplit son corps et qui s'écoule dans la terre. Enracinée, mais fluide", visualise Isabella Frappier.

Puis, en préparant le lieu d'action. "En allumant des bougies vertes pour symboliser la guérison ou en plaçant un cercle de fleurs ou de sel autour du lit pour délimiter un espace sacré", évoque par exemple la sexothérapeute Stefani Goerlich à Cosmopolitan. On peut aussi changer la couleur des draps. "Si vous faites un sort d'abondance financière, le vert ou l'or est très approprié", précise également l'activiste sexuelle.

Ensuite, le moment est venu de passer le pas et de s'installer en douceur. En couple ou à plusieurs, on regarde notre partenaire dans les yeux. Solo, on se met face à un miroir pour se plonger dans les nôtres. Un peu déstabilisant se dit-on, mais c'est pour la bonne cause. L'étreinte perso ou partagée commence, pendant qu'on ne pense qu'à une chose : notre objectif.

A ce titre d'ailleurs, le spécialiste Pierre des Esseintes, auteur de La Magie sexuelle aux éditions La Musardine, souligne lors d'un entretien pour Libération : "Ne vous focalisez pas sur la situation que vous voulez changer, mais sur ce que vous voulez obtenir. Par exemple, ne dites pas : 'Je ne veux plus être à découvert à la banque', mais plutôt : 'Je veux devenir riche.' Vous devrez répéter cette phrase lors de vos ébats, donc choisissez-la facile à mémoriser." Clairement, le fric semble être une intention qui fédère.

Pour celleux qui miseraient davantage sur une libération de sentiments négatifs, se concocter un mantra qu'on prononce dans sa tête peut aussi être utile. Type "je laisse toute la culpabilité sexuelle se dissiper, et j'embrasse pleinement ma sensualité", imagine Isabella Frappier. Une phrase à laquelle on s'accroche pendant qu'on sent de multiples sensations nous parcourir. Extase, j'écris ton nom.

La séance touche à sa fin lorsqu'on sent que l'énergie se dissipe. Preuve que l'orgasme est un plus, mais pas indispensable à ce sort version cul. Le tout, c'est de faire appel à sa puissance innée boostée par le plaisir, et de diriger tout ça vers notre prière païenne, pour citer Céline. De se rendre compte de sa force, de sa beauté et de sa détermination, aussi. Et puis, tant qu'on y est, d'avoir enfin une impression de contrôle dans un monde où tout nous échappe. A tester.