Un petit steak "pour les femmes" : la riche idée sexiste d'un resto britannique

Un steak (plus petit) pour les femmes ? Ce resto britannique accusé de sexisme
Un steak (plus petit) pour les femmes ? Ce resto britannique accusé de sexisme
Ce restaurant de Liverpool est accusé de sexisme pour proposer des "ladies steaks", des pièces de viande de taille réduite destinées aux clientes.
A lire aussi

On croirait presque à une blague. De mauvais goût, sans (mauvais) jeu de mots. Dans le restaurant Manhattan Bar and Grill situé à Liverpool, au Royaume-Uni, la carte a déclenché l'indignation sur les réseaux sociaux. En cause, la ligne du menu qui spécifie noir sur blanc "Ladies Fillet" ("steak pour dames" en français), mentionnant que la pièce de boucher est plus petite (225 g) que le steak classique (285 g). Le détail a été relevé par Vicky M Andrews, blogueuse gastronomique, puis retweeté par le critique culinaire Jay Rayner, avant de faire le tour des médias.

Pour Kent Buse, analyste politique, il s'agit sans aucun doute de sexisme ordinaire. "Cela rappelle tristement le #LadiesMenu... vous savez, ceux sans prix indiqués parce que les hommes contrôlent l'argent", écrit-il sur Twitter. "#EverydaySexism il faut juste que cela se termine, y compris au Manhattan Bar and Grill ... Mais l'idée d'un steak plus petit est bonne pour les gens et la planète".

Certes, manger moins de viande reste meilleur pour l'environnement et fortement recommandé par l'Organisation mondiale de la santé. Il n'y a aucun problème non plus à proposer un plat plus léger parmi une liste de mets riches. Le directeur des lieux, Karl Hassan, expliquait d'ailleurs au Telegraph que leur initiative avait rencontré un franc succès : "Nous avons beaucoup d'enterrements de vie de jeune fille et de clientes, et nous avons reçu d'innombrables plaintes selon lesquelles nos steaks de presque 300 g étaient beaucoup trop gros. Nous avons donc demandé à notre fournisseur de nous envoyer des pièces de 225 g à la place"

Seulement, le souci ne vient pas tant de l'assiette que du stéréotype de genre qu'on lui associe. En quoi cette option réduite devrait-elle être rattachée à la féminité ? Si on suit la logique de l'établissement, un homme un vrai, ça mange beaucoup. Une femme quant à elle, se contente de moins. Par petit appétit, voire par nécessité de faire "attention à sa ligne", pourrait-on aussi lire derrière ce choix de menu. Une pépite sexiste qui aurait clairement sa place sur le compte Twitter dédié, et qui rappelle aussi les burgers roses mis au point par la chaîne Speed Burger pour célébrer la Coupe du monde de foot (féminine) de 2019. Il reste encore du boulot.