Tristane Banon : « Pourquoi recevoir une journaliste dans une garçonnière ? »

Tristane Banon : « Pourquoi recevoir une journaliste dans une garçonnière ? »
Tristane Banon : « Pourquoi recevoir une journaliste dans une garçonnière ? »
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Tristane Banon, la jeune journaliste qui accuse Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol était hier l’invitée du journal télévisé de TF1. Au micro de Laurence Ferrari, elle est revenue sur la plainte déposée contre l’ancien patron du FMI et sur leur confrontation, plus tôt dans la journée.
A lire aussi
Valérie Petit : "Pourquoi j'ai déposé l'amendement 'parent 1-parent 2'"
News essentielles
Valérie Petit : "Pourquoi j'ai déposé l'amendement...


Après Dominique Strauss-Kahn il y a une dizaine de jours, Tristane Banon était, hier, l’invitée du journal télévisé de TF1. A son tour, elle est revenue sur les faits dont elle accuse l’ancien patron du FMI, mais également sur leur confrontation, plus tôt dans la journée, dans les locaux parisiens de la brigade de répression de la violence aux personnes (BRDP).
Avec détermination et aplomb, la jeune journaliste a maintenu, au micro de Laurence Ferrari, sa plainte pour tentative de viol en 2003. « Je suis certaine qu'il m'aurait violée si je ne m'étais pas échappée », a-t-elle ainsi déclaré. Une accusation que DSK avait qualifiée « d’imaginaire » sur le même plateau le 18 septembre dernier, pointant même un « récit calomnieux ».
Concernant ses « retrouvailles » avec l’ex-favori pour la présidentielle, Tristane Banon considère qu’il s’agit d’une « une première victoire pour un dossier dont on disait qu'il était vide. » En outre, selon ses dires, elle aurait « regardé tout le temps » l’homme qu’elle avait en face d’elle, alors que ce dernier n’aurait, au contraire « pas osé » la regarder. « J'ai eu affaire à un DSK exactement le même que celui qui est venu sur le plateau de TF1. Il dit que les faits dont je l’accuse sont imaginaires, mais on ne se demande pas pourquoi il reçoit une journaliste dans un appartement, dans une garçonnière ».
Persuadée qu’elle sera « laminée » dans cette affaire de mœurs, comme l’a été avant elle Nafissatou Diallo, la jeune femme affirme ne ressentir aucune haine contre Dominique Strauss-Kahn mais « du mépris. Comme le mépris qu'il a eu pour moi et pour les Français devant qui, à TF1, il a brandi un rapport qui disait que tout était faux sur ce qui s'est passé à New York ».
Maîtres Frédérique Baulieu et Henri Leclerc, les avocats de Dominique Strauss-Kahn, ont immédiatement réagi à cette intervention télévisée. « Dominique Strauss-Kahn conteste formellement avoir agressé Mme Tristane Banon et constate qu'elle ment aussi à propos du déroulement de la confrontation intervenue ce matin, » ont-ils répliqué dans un communiqué de presse.

Crédit photo : AFP



VOIR AUSSI

Affaire DSK : jusqu'où peut aller Tristane Banon ?
DSK : Tristane Banon riposte ce soir dans le Grand Journal de Canal+
Affaire DSK/Banon : il avoue avoir voulu l'embrasser
DSK : Tristane Banon n'avait « rien vu venir »