Coupe du monde 2014 : 5 anecdotes pour briller en société

Coupe du monde 2014 : 5 anecdotes pour briller en société
Coupe du monde 2014 : 5 anecdotes pour briller en société
Dans cette photo : Franck Ribéry
La Coupe du monde de football, ce n'est pas que 32 équipes, 64 matches, 4 325 simulations et 33 612 fautes de syntaxe ou expressions inventées en conférence de presse. Non, le mondial, c'est également l'occasion de revenir, tous les quatre ans, sur les à-côtés de la vie de footballeur. Entre plaisir simple, modestie, look soigné et mesure vis-à-vis de ce qui n'est après tout que du ballon, Terrafemina vous propose de revenir sur cinq anecdotes autour de la compétition brésilienne.
A lire aussi
Une culotte vibrante "pour sauver son couple" pendant la Coupe du monde : vraiment ?
News essentielles
Une culotte vibrante "pour sauver son couple" pendant la...


Pendant que la fine fleur de l'analyse footballistique tricolore s'évertue à essayer de prédire l'avenir entre les lombaires de Franck Ribéry, Terrafemina tente de mettre un grand pont aux spéculations. La rédaction vous propose de découvrir, à quelques jours de la Coupe du monde au Brésil, la simplicité de Cristiano Ronaldo, la sobriété vestimentaire de Paul Pogba, la location bon marché de Ronaldinho à Rio ou la mesure et le discernement des Colombiens vis-à-vis du forfait de Radamel Falcao...

"Air Ronaldo", c'est pas la classe eco

Si Zlatan Ibrahimovic a récemment été élu « plus grande diva du monde du football », Cristiano pourrait, à coup sûr, lui contester ce titre. L'attaquant du Portugal, non content d'avoir exigé de ne pas faire venir l'équipe nationale au Brésil avec la plèbe dans un avion commercial, semble avoir des requêtes somme toute extravagantes pour ses proches. Ainsi, en plus de l'avion qui amènera les joueurs portugais au mondial, quatre jets privés transporteront les membres de la famille du Ballon d'Or 2013 vers le Brésil. Une annonce faite au mois de mars dernier par l'armée de l'air brésilienne (FAB). Gageons qu'avec pareil dispositif, CR7 parviennent à sortir de la phase de poule, dans un groupe que le Portugal partage notamment avec l'Allemagne…



"The fresh Prince of Clairefontaine"

Si Paul Pogba est loué pour ses qualités avec les bleus, le milieu de l'équipe de France peut, en revanche, poser question dans le domaine vestimentaire. L'international de 21 ans est apparu vêtu d'un blouson rose à fleurs du plus bel effet, mardi 4 juin à Clairefontaine. Une tunique haute en couleur que le public a pu avoir la joie de découvrir grâce à un tweet du compte officiel de l'Equipe de France posté, hier, sur le site de microblogging. On peut y voir le milieu de terrain le plus convoité du moment, concentré, en train de se plier à une séance d'autographes sur ballon. Une veste associée à une coupe de cheveux qui rappelleront sans doute aux nostalgiques les plus belles heures de Will Smith dans Le Prince de Bel Air.



Location à la dernière minute

Les temps sont durs pour Ronaldinho. L'ancienne gloire du PSG et du FC Barcelone n'a pas été sélectionné avec le Brésil pour le mondial auriverde et semble connaître quelques difficultés financières. A 34 ans, le milieu de terrain de l'Atlético Mineiro a mis sa villa de 1 000 m2 à louer sur le site Airbnb. Comptez tout de même 11 300 euros pour une nuit passée dans la demeure de Roni, située à Rio de Janeiro. L'annonce précise que le modeste foyer du brésilien compte cinq chambres, six salles de bain, une piscine avec hamman, le tout à « 30 minutes en voiture du centre-ville et du Maracana ». L'ancien joueur de Luis Fernandez donne au passage quelques consignes comme l'interdiction de gêner les voisins entre 22 heures et 8 heures. Un comble pour l'homme qui passait au moins autant de temps à l'entraînement que dans les établissements phares de la nuit parisienne…



Le «vieux mexicain » qui casse des reins

Un septuagénaire qui « casse les reins » de joueurs d'une vingtaine d'années à les dégouter du football. C'est la séquence étonnante qu'offre une publicité pour une entreprise de grande distribution mexicaine, dans un spot tourné en marge de la Coupe du monde 2014. On y voit le champion du monde de foot freestyle, le Français Séan Garnier (passé par le centre de formation de l'AJ Auxerre, Ndr) , grimé pour l'occasion en vieil homme, s'invitant sur un terrain pour impressionner les jeunes jouant dans la rue. Hilares à l'arrivée du « vieux », les footeux rapidement reconvertis en plots déchantent quand « Papy Sean » décident de se mettre à jouer avec la baballe.




Tu tacles, je te tue

Moins réjouissant pour finir. L'annonce du forfait de Radamel Falcao pour le mondial auriverde fait figure de véritable drame national en Colombie et de calvaire pour Soner Ertek. L'auteur, malheureux et malencontreux du tacle qui avait provoqué la rupture du ligament croisé du genou gauche de la coqueluche nationale, lors du 16e de finale de Coupe de France AS Monaco - Chasselay est la cible, depuis, de multiples menaces de mort. Le hashtag #MatemosAlQueLesionoAFalco (« Tuons celui qui a blessé Falcao », ndlr) est apparu sur Twitter. Ces appels au meurtre scandaleux à l'encontre du footballeur amateur, apparues dès le lendemain du match disputé le 22 janvier, ne sont, en outre, pas sans rappeler l'assassinat d'Andrés Escobar. « Coupable » d'un but contre son camp (vidéo ci-dessous) qui élimina la Colombie du mondial américain, en 1994, le joueur s'était fait descendre sur le parking d'une boîte de nuit de Medellín.