Plus d'une Française sur quatre victime de violences conjugales

Plus d'une Française sur quatre victime de violences conjugales
Plus d'une Française sur quatre victime de violences conjugales
Plus d'une Française sur quatre a déjà été victime de violences conjugales, plus d'une sur cinq cible d'une tentative d'agression sexuelle : le récent sondage Ipsos pour Femme Actuelle dresse un portrait peu rassurant de la situation en France, à quelques jours de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Le détail des résultats.
A lire aussi


Un sondage Ipsos en partenariat avec Femme Actuelle révèle ce lundi que 26% des femmes, soit plus d’une sur quatre, a déjà été victime de violences conjugales, et que 22% considèrent avoir vécu une tentative d’agression sexuelle.

Cette étude, commandée en prévision de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre prochain, précise ses résultats : dans le cas de violences conjugales, l’attaque la plus fréquente est la violence psychologique, puisque 20% des femmes avouent avoir été rabaissées une ou plusieurs fois par leur conjoint, et les violences les plus fréquentes se déroulent dans 38% des cas dans les foyers aux revenus les plus faibles.

Ce qu’en pensent les Français

Le sondage Ipsos était aussi l’occasion de tester le ressenti des Français sur ces violences faites aux femmes. 75% d’entre eux considèrent que le sujet n’est pas assez traité, tandis que 71%, soit plus des deux tiers, considèrent que les agressions morales ou sexuelles à l’encontre des femmes se banalisent. 64% des Français pensent qu’encourager la victime à porter plainte est la réaction la plus appropriée. 53% des sondés sont pour l’alourdissement des peines à l’encontre des agresseurs, le meilleur moyen de lutter contre ces attaques selon eux, tandis que 19% seulement citent les campagnes d’information comme un outil efficace.

Quelques chiffres désarmants : 16% des Français, mais surtout 21% des hommes, soit plus d’un sur cinq, affirment que le harcèlement moral n’est pas une forme de violence.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Orange Day : une campagne contre les violences lancée par l'ONU Femmes
Violences conjugales : une fausse vidéo maquillage pour aider les victimes
Viol : France Télévisions donne la parole aux victimes
Argentine : prison à vie pour les auteurs de féminicide

Plus d'actu sur : Journée internationale contre les violences faites aux femmes

Sexisme et violence : tout commence à l'école
Violences faites aux femmes : la formation des professionnels, une urgence
Violences faites aux femmes : le "plan global" de Hollande en cinq points