Les femmes font une belle percée dans le Who's who 2013

Les femmes font une belle percée dans le Who's who 2013
Les femmes font une belle percée dans le Who's who 2013
Dans cette photo : Arielle Dombasle
L'édition 2013 du Who's Who, célèbre dictionnaire des « personnalités agissantes » paraît ce jeudi. Sur les 1000 nouveaux entrants cette année, 22% sont des femmes. Tatiana de Rosnay, Madame Carven ou encore Marion Maréchal-Le Pen font leur entrée. Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiller sont en revanche introuvables.
A lire aussi
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler le 7 novembre à 16h34 ?
News essentielles
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler...


La célèbre bible rouge édition 2013 se féminise (un peu). Seulement « 15 % des personnalités citées dans le Who's Who sont des femmes, reflet de l'état de la société française pour les postes à responsabilités, mais sur les 1000 nouveaux entrants, il y a 22% de femmes », se félicite Antoine Hébrard, éditeur du guide.

Parmi elles, on retrouve notamment l'administrateur de la Comédie-Française Muriel Mayette, l'écrivain Tatiana de Rosnay, les journalistes Alix de Saint-André et Colombe Schneck. On retrouve aussi Mme Carven, 103 ans, fondatrice de la maison de couture et doyenne de l’édition, ainsi que la benjamine, la députée Marion Maréchal-Le Pen, 23 ans.

Au total, le Who's who, ce sont 22 365 biographies désormais mises à jour en permanence sur internet. « La force du Who's Who est l'exactitude des notices biographiques, certifiées à la fois par les intéressés et notre comité éditorial. Si un désaccord apparaît, nous préférons ne pas publier la notice litigieuse », ajoute l’éditeur, en citant l'absence de la comédienne Arielle Dombasle à la suite d'un différend sur une date de naissance.

Et si Carla Bruni-Sarkozy, sollicitée en tant que chanteuse, n'a toujours pas donné suite aux sollicitations de l’éditeur, Valérie Trierweiller n’y figure ni seule, ni dans la notice de François Hollande. « Les Premières dames n'ont pas de fonctions officielles. Elles n'entrent pas d'office dans le Who's Who », précise l’éditeur avant d’ajouter : « La mention des unions libres se fait à la seule demande des intéressés. La notice de M. Hollande lui a été adressée comme tous les ans et celui-ci ne l'a pas renvoyée. »

VOIR AUSSI

Femmes dirigeantes : la France tire son épingle du jeu
Le CIO veut plus de femmes aux postes à responsabilités dans le sport
Parité : 9% de femmes (seulement) dans les comités exécutifs du CAC 40