Je veux me masturber, mais je n'ai pas envie de mater de porno : je fais quoi ?

Comment se masturber si on n'a pas envie de regarder de porno
Comment se masturber si on n'a pas envie de regarder de porno
Parce qu'il n'y a pas que des vidéos d'orgasmes stimulés pour s'exciter solo, voici comment faire pour prendre son pied en se caressant autrement.
A lire aussi

Avant que la parole ne commence à se libérer autour du plaisir féminin, la masturbation semblait plus réservée aux hommes qu'aux femmes. En apparence du moins. Ce qui était considéré comme "normal" chez eux devenait honteux chez nous. Et le tabou qui entourait la pratique ne faisait que renforcer le manque de considération de nos sexualités. Aujourd'hui, si les choses changent doucement, on associe toujours - à tort - le fait de se faire du bien solo avec le porno. Pour la bonne raison que c'est ce qu'on entend principalement des habitudes masculines.

Se toucher reviendrait ainsi à allumer son ordinateur machinalement pour se ruer sur des sites de films X bien rangés par catégories parfois douteuses, et se caresser devant l'écran. Rien de mal à ça, bien au contraire. Mais force est de constater que tout le monde n'est pas forcément en phase avec ces rapports souvent surjoués et à dix mille lieues de ce qu'on expérimente dans la vraie vie. Certaines ont même du mal à ressentir la moindre excitation, se sentant plus concernées par les conditions de travail des actrices que par leur performance. Alors une question se pose : comment faire pour se masturber sans trouver l'inspiration en ligne ? Voici la réponse.

1- Prendre le temps de découvrir son corps

Toutes les techniques du monde sont inutiles si on ne passe pas d'abord un long moment à savoir ce qui nous plaît, ce qui nous plaît moins et ce qui nous fait jouir en moins de temps qu'il en faut pour dire "orgasme" (oui, c'est possible, ne désespérez pas). Se réserver quelques minutes/heures/journées pour regarder comment marche notre vulve par exemple permet d'identifier où se trouve notre précieux clitoris - ça ne devrait pas être trop difficile, mais aussi comment le caresser. Ni trop vite ni trop lentement, ni trop fort ni trop doucement. Une étape cruciale avant de mettre le doigt sur la formule magique qui transformera nos soirées solo en paradis du plaisir.

Une fois qu'on a testé plusieurs zones érogènes et tout autant de combinaisons digitales pour atteindre le Graal sexuel, le support qui nous aide à y arriver reste secondaire. Un petit bonus toujours bon à prendre si le coeur nous en dit, mais qui ne réussira pas à contredire une vérité transcendante : on se suffit.

2- Se nourrir de ses propres fantasmes

L'imagination n'a pas de limites. Et au lit, ça offre des avantages non négligeables. Deux options pour s'exciter : s'inventer un scénario complètement hypothétique avec une personne qui nous fait de l'effet, ou repenser à des aventures passées. Pour la première, tout est permis, puisque ça reste dans votre tête - et surtout que rien n'est (encore) arrivé. Pour la deuxième, sélectionnez les meilleurs moments de ces expériences puis laissez-vous aller. Dans tous les cas, essayez d'étendre vos désirs au-delà de ce que vous avez réellement vécu, pour transformer vos souvenirs en un film érotique irrésistible.

Difficile de visualiser ? Vous pouvez vous aider de scènes de films, de livres, même de podcasts qui vous susurrent des mots plus ou moins doux à l'oreille. Internet regorge aussi de montages vidéos des scènes les plus chaudes dans les films pour le grand public, sans pour autant passer par le X. Vous verrez que, heureusement, tout ne tourne pas autour de Fifty Shades of Grey. Tous les supports sont bons pour décoller.

3- (Ab)user des sextoys

Vos mains font des merveilles, on veut bien le croire, mais l'utilisation d'un accessoire peut aussi décupler les sensations. Surtout, si vous peinez à atteindre la bonne cadence avec vos doigts/votre oreiller, il existe une ribambelle de vibromasseurs qui ne demandent qu'à vous satisfaire. Manuels, à pile, petits, grands, pour le clitoris, le vagin, les tétons, l'anus : vous trouverez forcément ce qui correspond à votre anatomie. Vous pouvez même en fabriquer vous-même si votre démarche écolo vous suit jusque dans la chambre (ce qui est tout à votre honneur).

Quoiqu'il en soit, l'important est de désacraliser le moment pour que votre esprit ne se mette pas trop de pression. Et de rester ouverte à n'importe quelle source d'inspiration. L'important est de pendre soin de vous, et la masturbation en est l'une des voies royales, peu importe les façons dont vous qui vous amènent au septième ciel.