Mariage gay et liberté de conscience des maires : "Hollande va de reculade en reculade"

Mariage gay et liberté de conscience des maires : "Hollande va de reculade en reculade"
Mariage gay et liberté de conscience des maires : "Hollande va de reculade en reculade"
Dans cette photo : François Hollande
François Hollande a reconnu mardi 20 novembre au Congrès des maires de France la « liberté de conscience » des maires qui pourraient refuser d’appliquer le mariage gay, en rappelant que « les possibilités de délégations (d'un maire à ses adjoints) existent et peuvent être élargies ». Des propos qui soulèvent l'indignation et l'inquiétude des pro mariage pour tous. Le point avec Stéphane Corbin, porte-parole de la Fédération LGBT*.
A lire aussi

Terrafemina : Comment réagissez-vous aux déclarations de François Hollande sur le mariage pour tous ?

Stéphane Corbin : Notre première réaction est de presser François Hollande de préciser très exactement ce qu’il entend par « liberté de conscience » et par sa proposition d’élargir les possibilités de délégations d’un maire à ses adjoints. Sa déclaration nous pose un vrai problème de par son ambiguïté, car depuis longtemps la loi prévoit des dispositifs qui permettent aux maires de procéder à des délégations à leurs adjoints, voire à leurs conseillers municipaux. Les maires n'ont donc aucun besoin de liberté de conscience et de principe de délégation élargie supplémentaire.

Tf : Comment interprétez-vous ces propos ?

S. C. : De deux choses l’une : soit il a voulu éteindre les protestations des maires réfractaires au mariage pour tous, mais dans ce cas il a mis le feu à une véritable poudrière. Car ce qu'il propose est juridiquement impossible : il serait en effet tout à fait discriminatoire de pouvoir en appeler à sa liberté de conscience pour refuser de marier un couple sous prétexte de son orientation sexuelle. Dans ce cas, on peut imaginer tout un tas de dérives, avec par exemple un maire d’extrême droite qui refuserait de marier des personnes de couleur ou un maire qui refuserait de marier un couple quand la femme est enceinte… Cette déclaration ouvre la boîte de pandore de toutes les discriminations, pas seulement liées à l’homosexualité.
C’est un très mauvais signal envoyé, qui profite à l’opposition qui se régale des propos du chef de l’Etat, Jean-François Copé et Christine Boutin se félicitant déjà d’avoir fait reculer François Hollande, qui, c’est le moins que l’on puisse dire, ne se montre pas courageux sur ce projet de loi.

Tf : Craignez-vous que François Hollande propose finalement un mariage pour tous au rabais ?

S. C. : Le projet de loi est déjà très incomplet : il ne comprend ni la question de la filiation, ni la PMA, qui étaient pourtant des engagements de campagne du président. Nous voyons bien que François Hollande va de reculade en reculade, vers un projet de loi de plus en plus a minima. Il y a quelque chose d’incompréhensible dans ce positionnement : quel avantage a-t-il en effet à satisfaire ses opposants qui seront toujours ses opposants et à décevoir ceux qui l’ont élu ? Nous lui demandons d’être conquérant sur ce projet et de ne pas se dégonfler.

*Fédération des associations et Centres Lesbiens, Gays, Bi et Trans en France

VOIR AUSSI

Mariage gay : l'annonce de Christiane Taubira surprend associations et ministres
Mariage gay : les couples homosexuels à la noce avant fin 2013
Mariage gay : ces politiques qui s'y opposent et leurs arguments
Mariage gay : les deux visages des anti

Plus d'actu sur : Mariage gay

Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Adoption pleinière : la première famille avec deux mamans est née
La Manif pour tous en guerre contre la théorie du genre