Le questionnaire cul de Laurène Dorléac, co-fondatrice de la série éducative CLIMAX

Le questionnaire cul de Laurène Dorléac, co-fondatrice de Climax
Le questionnaire cul de Laurène Dorléac, co-fondatrice de Climax
Prendre conscience de son corps, communiquer sur ses désirs, "9 semaines et demie" et la chevelure de Brad Pitt dans "Légendes d'automne", Laurène Dorléac, co-fondatrice de CLIMAX, nous parle émancipation, fantasmes et puissance.
A lire aussi

L'éducation est la base du plaisir, et CLIMAX le prouve. Cette formation 100 % vidéo "s'adresse à toutes les personnes qui ont une vulve et à leur·s partenaires pour apprendre les techniques de stimulation externes et internes les plus pratiquées et les plus appréciées", nous précise Laurène Dorléac, 29 ans, co-fondatrice de la série éducative basée sur la science, lorsqu'on échange par écrans interposés.

"Notre mission est de rendre le plaisir égalitaire dans un monde où les femmes déclarent être 'moins satisfaites que les hommes dans leurs activités sexuelles, ressentir moins de plaisir et avoir moins d'orgasmes'", affirme encore la jeune femme, bien décidée à y remédier. Pour ce faire, elle participe à mettre au point un programme ludique et alléchant qui rend la jouissance beaucoup plus accessible. Programme que l'on a déjà testé à deux reprises (autour de la masturbation et du sexe tantrique) et qui, qu'on se le dise, fonctionne à merveille.

Afin d'en savoir plus sur celle qui a en partie pensé la plateforme, on lui a posé quelques questions sur son domaine de prédilection. Libération de la parole, pouvoir que procure le plaisir sexuel, apprendre à se toucher soi avec ses doigts, mais aussi efficacité d'un simple regard (brûlant) sur le désir : Laurène Dorléac y répond sans détour, et nous donne quelques inspirations érotiques au passage.

Terrafemina : En quoi le sexe peut-il être une forme d'empowerment ?

Laurène Dorléac : Je dirais plutôt que le plaisir sexuel est une forme d'empowerment. Être en mesure de se donner du plaisir et/ou de guider l'autre sur ce que l'on aime, ce que l'on désire, est une vraie forme de pouvoir. On se sent tout simplement puissante dès lors que l'on a pris conscience de son corps, que l'on a appris à le connaître, à l'assumer, à l'aimer et qu'on le maîtrise.

Le sextoy que vous recommandez ?

L. D. : Vos doigts, tout simplement ! Je trouve que le sextoy ne remplacera jamais le toucher délicat et rassurant de ses mains et de ses doigts. Il y a beaucoup de personnes pour qui le sextoy est un substitut au doigt car ils·elles n'osent pas se toucher par dégoût ou par peur, ce qui participe au tabou qui règne autour de la masturbation et du corps féminin. Et pourtant, c'est simple, gratuit et à portée de main ! C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles la saison 1 de CLIMAX a été tournée sans sextoy.

Bien sur, la technologie présente dans les sextoys est un moyen formidable pour certaines personnes d'accéder à l'orgasme ou d'atteindre les endroits compliqués d'accès comme les deep-spots ou l'anal, ou encore d'obtenir des vibrations que tout être humain (même très dégourdi) ne pourrait pas reproduire.

Un porno féministe que vous conseillez, ou un film d'un érotisme fou ?

L. D. : 9 semaines et demie, avec Kim Basinger et Mickey Rourke, deux acteurs qui suffisent à faire monter la température ! C'est l'histoire d'un couple sulfureux qui va vivre des expériences sexuelles de toute sorte et qui va se prêter à des jeux de rôles de soumission/domination. Je l'ai vu pour la première fois il y a une dizaine d'années et j'en garde un très bon souvenir.

"9 semaines et demie", d'Adrian Lyne
"9 semaines et demie", d'Adrian Lyne

Qu'est-ce qui vous fait vous sentir puissante au lit ?

L. D. : Être en mesure de dire à l'Autre ce que j'aime et ce que je n'aime pas, de m'assumer telle que je suis, de lâcher prise. Il n'y a rien de plus puissant que de pouvoir/savoir communiquer sur ses propres désirs pour tout simplement apprécier le moment. Connaître son corps, savoir ce qui nous fait du bien est une vraie source d'empowerment. Cela fonctionne dans l'intime et aussi dans la vie en général.

Votre fantasme ultime chez les célébrités ?

L. D. : Je dirais les cheveux longs (mais entretenus) chez les hommes parce que c'est à la fois provocateur, sauvage, primitif et cela apporte une touche de féminité et de douceur au visage. J'ai eu le déclic en regardant Brad Pitt dans le film Légendes d'Automne il y a une quinzaine d'années.

"Légendes d'automne", d'Edward Zwick
"Légendes d'automne", d'Edward Zwick

Le mot ou la phrase la plus excitante, selon vous ?

L. D. : L'émotion dans le regard. On dit souvent qu'un simple regard peut en dire long, pas vrai ?

Comment peut-on, à son échelle personnelle, participer à briser les tabous autour des sexualités ?

L. D. : C'est un peu comme pour l'écologie, j'aime bien donner ou recevoir des conseils simples, concrets et faciles à mettre en place. Je dirais tout simplement : en en parlant autour de soi avec bienveillance. Libérer la parole sur ce sujet à son échelle personnelle participe grandement à briser les tabous, à se libérer des injonctions, à ouvrir le débat et les conversations autour du plaisir.

On peut aussi inviter ses ami·e·s, ses proches à suivre des comptes Instagram féministes et d'éducation aux sexualités tels que Clit Révolution, T'as Joui ou encore Orgasme et moi. Pour celles et ceux qui souhaitent aller plus loin dans l'apprentissage et l'expérience, ils peuvent également visionner la série éducative CLIMAX qui explique de façon explicite et scientifique les techniques pour recevoir ou se donner plus de plaisir.